Jacques MEHU

Jacques Mehu 2
[asvc_soundcloud url=”https://soundcloud.com/user-552519054/15_jacques_mehu” comments=”no” buy_like_buttons=”no” show_artwork=”no” color=”#594a41″ height=”110″]

Jacques Mehu est professeur à l’INSA de Lyon et directeur scientifique de PROVADEMSE, la plate-forme technologique dépendant de l’INSA de Lyon qui soutient le développement des éco-technologies.

Jacques MEHU, Directeur scientifique, INSA de Lyon

L’axe nord-sud du sédiment

L’axe Rhône-Méditerranée travaille depuis une vingtaine d’années sur la gestion des sédiments, et notamment sur la pollution et la valorisation des sédiments des côtes méditerranéennes de France et d’Italie.
Aujourd’hui, les compétences sont mutualisées avec des chercheurs italiens à travers le projet Sediterra. L’idée d’un nouveau projet baptisé Norhomed est de réunir les compétences géotechniques et de génie civil de la région des Hauts-de-France avec celles, plutôt environnementales et liées au traitement, de l’axe Rhône-Méditerranée.

Le partage d’expériences au cœur de la démarche

Au cœur du programme de coopération européenne INTERREG Maritimo, le projet SEDITERRA entend s’attaquer aux difficultés rencontrées par les acteurs français et italiens du pourtour nord méditerranéen. Ses objectifs ? Le partage d’expériences sur l’attribution des critères de danger, sur la valeur environnementale des sédiments et sur leur gestion terrestre.
Les solutions testées ont notamment porté sur la valorisation des macro-déchets et les travaux de génie civil. Une banque d’informations en ligne a également été créée.

Quelques exemples significatifs

Divers lots de sédiments ont été étudiés, notamment pour étudier la question de la biomasse présente dans les sédiments de dragage. De la plateforme de R&D ont émergé des pilotes partagés et des techniques de prétraitement à la fois industrielles et de recherche : gazéification, déshydratation, décontamination des métaux lourds, pyrogazéification.
A propos de l’évaluation des risques environnementaux, un travail scientifique est également mené sur l’oxydation et les émanations toxiques des sédiments exposés à l’air. Enfin, des pilotes ont également été mis en œuvre sur des dalles béton pour tester le vieillissement, et une cartographie des différents gisements de sédiments a été établie.