Christophe DEBOFFE

Christophe Deboffe
[asvc_soundcloud url=”https://soundcloud.com/user-552519054/20_christophe_deboffe” comments=”no” buy_like_buttons=”no” show_artwork=”no” color=”#594a41″ height=”110″]

Christophe Deboffe est créateur de Neo-Eco, un bureau d’ingénierie environnementale identifiant des filières de recyclage et mettant au point des éco-produits et éco-matériaux.

Christophe DEBOFFE, Gérant-fondateur de Néo-Eco

Une ressource territoriale à valoriser localement

Néo-Eco met en pratique le concept d’économie circulaire en reliant industriels, gestionnaires et collectivités pour valoriser une ressource territoriale sur son propre territoire. Ce métier de catalyseur de l’économie circulaire conduit Néo-Eco à lever les objections, à rassurer. A cet égard, la démarche SEDIMATERIAUX a donné une méthodologie rassurante qui accélère le développement des boucles d’économie circulaire. Ainsi, les applications du sédiment sont liées à son potentiel, mais également à l’économie locale. Il convient dès lors d’éviter les généralisations risquant de conduire à des monofilières n’apportant pas de gains économiques. Si la méthodologie et les outils tels que les guides sont globaux, Néo-Eco relie les acteurs et les « dé-silote » en créant un lien entre des entreprises qui se côtoient sans se rencontrer.

Créer un bénéfice « gagnant/gagnant »

Le modèle économique de Néo-Eco est basé sur l’existence d’un sponsor interne, qui peut-être, par exemple, un industriel présentant une idée nouvelle fondée sur une économie de ressource. Néo-Eco l’accompagne alors à l’échelle territoriale en intervenant sur le gisement comme sur le débouché, la boucle d’économie circulaire n’existant que si elle dispose d’un marché. Une telle boucle ne peut exister s’il n’existe pas de bénéfice « gagnant-gagnant ». L’augmentation de la TGAP offrira de nouvelles marges de manœuvre pour créer de nouvelles boucles. De plus, le sédiment entre dans le cadre de la réduction des émissions carbonées, lesquelles sont de plus en plus prises en compte dans les bilans de construction.

Même dans le plastique !

A titre d’exemple, SEDIPLAST est un écoproduit prenant la forme d’un granulé en plastique recyclé issu du tri sélectif des déchets, dans lequel jusqu’à 80 % de la charge traditionnelle – habituellement composée de silice ou de talc – est remplacée par du sédiment. Néo-Eco, dans le cadre de sa vision industrielle collaborative, a proposé SEDIPLAST – en mode « open source » – à différents industriels à l’échelle territoriale. Un projet de micro-usines de production de tels granulés, implantées sur tout le territoire à proximité des centres de marchés, est en cours. Cela s’inscrit pleinement dans la vision circulaire de l’économie.